Calendrier des évènements  recommandés par le Clairon en fin de rubrique

 

 

  avril / mai 2017

 

Toulouse : le meeting de Jean Luc Mélenchon à la Prairie des Filtres

 

Le public s’installe devant le podium (Photo HR)

 

 

 

En ce dimanche 16 avril les cieux étaient favorables au meeting organisé par le mouvement - France Insoumise - à la Prairie des Filtres, jardin public toulousain qui borde la Garonne. Dès midi, un public de couples, de familles, de personnes de tous âges et de toutes origines, s’installait sur l’herbe de cet agréable espace vert. C’est dans une ambiance détendue, pacifique et conviviale que les uns et les autres improvisaient un immense pique-nique. Ici et là des voisins de pelouse faisaient connaissance et engageaient la discussion. Vers 14 heures, avec l’afflux de nouveaux arrivants, le public se densifia autour du podium. C’est un peu après 15 heures que Jean Luc Mélenchon fit son apparition dans un tonnerre d’applaudissements, tandis qu’une nuée de drapeaux entourait la scène d’une mer de couleurs vives et gaies…

 

Une mer de drapeaux devant le podium                                     J. L.  Mélenchon vu sans téléobjectif (Photos HR)

 

 

 

Comme à son habitude Jean Luc Mélenchon passa en revue divers points de son programme tout en expliquant le sens des mesures qu’il comptait prendre et en quoi celles-ci relevaient des idées humanistes qui l’animaient lui et son équipe. Il consacra aussi quelques instants à démonter les affabulations et impostures de dernière heure diffusées par ses adversaires à la présidentielle et à inviter ses partisans à la vigilance face aux attaques diffamatoires dont il serait encore la cible lors de la dernière semaine de campagne. Il fit notamment remarquer au public que ses adversaires qui dénonçaient ses choix de politique étrangère pour le Moyen-Orient, la Russie et l’Amérique Latine étaient les mêmes qui avaient signé nombre d’accord commerciaux avec ces gouvernements qu’à présent ils honnissaient ! Le « business » serait-il donc affranchi de toute morale et éthique ?

 

 

Il faut aussi relever que dans le cadre de sa politique de fermeture des centrales nucléaires et de leur remplacement par 100% d’énergies renouvelables en 2050, Jean Luc Mélenchon s’est déclaré déterminé à ce que la question des déchets soit enfin abordée sérieusement. Alerté par ses représentants locaux, il été particulièrement attentif au problème des effluents produits et stockés à Narbonne / Malvési

Nadine Sanchez & Jean-Hugues Silberman, candidats de la France Insoumise aux législatives :

 

des candidats du peuple au milieu du peuple (photo HR)

 

 

 

Au bout d’une heure et demie de discours et après avoir invité le public à se mobiliser et à convaincre les indécis, Jean Luc Mélenchon quitta le podium sous les salves d’applaudissements d’un public qui a été estimé à environ 70.000 participants.

 

 

 

HR pour le Clairon de l’Atax le 17/04/2017

 

 

 

Projet AREVA à Malvési : une intéressante réunion d’information des élus et du public à Narbonne !

 

Conseil Municipal de Narbonne (06/04/2017) : info sur Malvési (Photo HR)

 

 

 

L’entreprise AREVA envisage de traiter les effluents nitratés issus du traitement du minerai d’uranium qui sont stockés sur son site de Malvési depuis plus de 50 ans par un procédé expérimental américain dénommé THOR (Thermal Organic Reduction).

 

Suite aux alertes répétées concernant ce projet lancées par l’association narbonnaise RUBRESUS (*) et le collectif COVIDEM (*), le maire de Narbonne a décidé d’organiser le 6 mars 2017 une réunion d’information du conseil municipal, ouverte au public.

 

Le Dr André Bories pour l’association Rubresus, l’ingénieur Yves Lenoir expert en énergie nucléaire, Maryse Arditi présidente de l’association ECCLA (*) et le Dr Mariette Gerber étaient invités à développer leurs arguments.

 

Après les exposés clairs et précis d’André Bories et Yves Lenoir sur la nature et le caractère toxique des rejets issus de ce procédé de traitement, l’intervention volubile et verbeuse de Madame Arditi a semé la confusion dans l’auditoire et soulevé de nombreuses protestations ; elle a de plus raccourci le temps d’intervention du Dr Gerber (ANSES / INSERM) (*) empêchant ainsi le public d’entendre l’exposé détaillé du Dr Gerber sur les effets néfastes à la santé de la population de la Narbonnaise qui seraient générés par l’installation projetée par AREVA.

Télécharger le texte intégral

 

 

Projet AREVA à Malvési 31 def.doc
Document Microsoft Word 584.0 KB

AREVA / Malvési : Traitement des effluents nitratés, quelle solution choisir ?

 

Les 350.000 m3 d’effluents nitratés stockés au cœur de la communauté d’agglomération du Grand Narbonne, mais aussi les effluents produits actuellement et à venir par l’installation nucléaire de Malvési, présentent d’importants risques de pollution dans une aire urbaine de 130.000 habitants dont la population s’accroit en continu. Le traitement de ces résidus s’avère urgent et indispensable. Après un quart de siècle de recherches et de tergiversations, AREVA projette un traitement de ces effluents par pyrolyse selon un procédé breveté aux USA et dénommé THOR (Thermal Organic Réduction). Ce projet THOR d’AREVA a passé toutes les étapes de la procédure règlementaire relative à ce type d’installation, lorsque RUBRESUS (*), une association citoyenne de protection et sauvegarde de l’environnement, lance l’alerte : le procédé THOR produit plus de pollution qu’il n’en traite et présente un danger supplémentaire en matière de santé publique. Dans le même temps RUBRESUS expose  une solution alternative plus simple et plus efficace.

 

Ainsi deux logiques s’affrontent : une logique « industrielle » portée par l’entreprise AREVA et une logique où prime le souci de sécurité et de santé publique portée par RUBRESUS….

Télécharger le texte intégral

 

 

AREVA RUBRESUS 31 def.doc
Document Microsoft Word 149.5 KB

Projet TDN AREVA MALVESI

 

 

Suite aux alertes lancées par l’association RUBRESUS et le collectif COVIDEM, de plus en plus d’habitants de la Narbonnaise se mobilisent contre le projet d’AREVA de traitement des effluents nitratés (TDN) stockés depuis plus de 50 ans à l’usine nucléaire de Malvési. Ce projet qui menace toute le territoire de l’agglomération est dangereux pour la santé publique.

 

 

Une pétition a été lancée : elle a déjà recueilli plus de 5000 signatures. Il est possible d’accéder à cette pétition par le lien suivant :

 

https://www.petitions24.net/signatures/non_a_la_surpollution_atmospherique_dareva_malvesi/start/20#

 

 

ou de remplir une pétition papier (voir ci-dessous) et de l’adresser aux membres du CODERST (Conseil départemental de l’Environnement et des Risques Sanitaires et Technologiques) c/o Préfecture de l’Aude Carcassonne

 

 

Sélection d'actualités des mois précédents

 

Areva / Malvesi : en matière de santé publique ce n’est pas l’entreprise qui commande !

 

 

 

L’alerte au public

 

Le jeudi 16 février 2017 de nombreux Narbonnais ont découvert le projet de traitement des effluents nitratés (TDN) stockés à l’usine AREVA de Malvési. Il s’agit de réaliser un traitement thermique de ces effluents qui sont transformés d’une part en gaz, d’autre part en déchets solides en utilisant un procédé américain nommé THOR (Thermal Organic Reduction) qui pour le moment n’a fonctionné qu’en laboratoire.

 

Ce projet TDN a été scrupuleusement analysé par les experts de l’association indépendante Rubrésus (*) et relayé par le collectif Covidem (**). Ce sont les conclusions de cette analyse  qui ont été présentées par 2 experts devant une salle comble à la Médiathèque de Narbonne. (Voir article du Clairon à charger ci-dessous)

 

Clairon - TDN par Areva Malvési 29def.d
Document Microsoft Word 407.5 KB

Ces conclusions sont particulièrement alarmantes : elles établissent qu’une sur-pollution permanente sera produite toute l’année par l’usine de Malvési et que les rejets gazeux (40.000 m3/heure)  chargés d’éléments toxiques dont des particules fines se disperseront sur toute la Narbonnaise au gré des vents…

 

La réponse d’AREVA

 

            Quelques jours plus tard le directeur de l’usine AREVA / Malvési, explique son point de vue dans un article publié par le Midi Libre. Il élude les conclusions de l’analyse de Rubrésus en les qualifiants d’« informations erronées » et pour preuve tente de noyer le poisson en affirmant que le procédé de traitement thermique retenu n’est pas un incinérateur !!! Pour justifier le choix du procédé THOR il se réfugie d’abord derrière un cahier des charges établi par l’ANDRA (Agence Nationale pour la gestion des déchets radioactifs) qui refuse de stocker des déchets ultimes faiblement radioactifs produits en trop grand nombre (ce qui serait le cas pour d’autres solutions de traitement plus simples et moins polluantes). Puis, à défaut d’arguments plus convaincants, il cite l’avis, mi-figue mi-raisin, de la Présidente d’une association locale de défense de l’environnement, habituellement partenaire des autorités dans le cadre de leurs obligations de consultations publiques…

 

            A aucun moment dans cet article le directeur d’AREVA / Malvési n’oppose des contre–arguments techniques ou un démenti formel aux conclusions de l’expertise de Rubrésus par contre il préjuge d’une décision favorable du Préfet à ce projet TDN et annonce que « des premiers coups de pelles devraient être donnés en septembre 2017 » !

 

Il est dommage qu’un cadre, à ce niveau de responsabilité, ne puisse articler ses obligations vis-à-vis de son employeur avec un minimum d’exigences éthiques et considérer le public autrement que sous la forme d’une opinion amorphe et manipulable.

 

La réaction des citoyens

 

            L’enjeu est de taille : faut-il accepter la sur-pollution que ce procédé produira en permanence ; faut-il accepter les conséquences désastreuses en matière de santé des habitants ?

 

Aucun objectif industriel ne justifie la mise en danger de la population !

 

            La bataille continue : le COVIDEM a lancé une pétition qui alerte l’opinion et recueille de nombreuses signatures tant au plan local que national. Le Clairon de l’Atax encourage vivement ses lecteurs, quelque soit leur localisation, à lire et  signer cette pétition dont nous publions le texte ci-dessous :

 

 NON A LA SUR-POLLUTION ATMOSPHÉRIQUE D’AREVA MALVESI

SUR LA NARBONNAISE

 

Nous, habitants du Grand Narbonne, touristes, citoyens soucieux de la protection de l'environnement, amoureux de la Narbonnaise, refusons catégoriquement le projet de Traitement Des Nitrates (TDN) par le procédé « THOR » sur le site AREVA de Malvési pour les raisons suivantes :

-surpollution atmosphérique mettant en danger la santé publique avec des rejets hautement nocifs : oxydes d’azote (NOx), particules fines, oxyde de soufre, ammoniac, Composés Organiques Volatils (COV), benzène, DEHP bis-phtalate, métaux lourds, interrogation sur les dioxines.... Certains ont pour effet d’agresser le système respiratoire et cardio-vasculaire, d’autres sont des perturbateurs endocriniens et/ou des éléments cancérogènes. Selon les chiffres donnés par AREVA lors de l’enquête publique, ces rejets seraient bien supérieurs à ceux d’un incinérateur d’ordures ménagères traitant les déchets d’une agglomération de plus de 200 000 habitants.

-surconsommation des ressources (eau, charbon, gaz, électricité…) en contradiction complète avec les objectifs d’un développement durable (COP 21 , COP 22, Grenelle 1 et 2).

-dégradation de l’image de la Narbonnaise et de ses sites classés par des impacts paysagers majeurs (cheminée de 30m, panache de fumées) risquant d’ affecter la fréquentation touristique de notre territoire.

-répercussions négatives sur le secteur agricole en général et sur la viticulture en particulier.  

Nous exigeons que les autorités rejettent la demande d’autorisation d’exploitation de l’installation ICPE TDN à Malvési selon le procédé THOR.

 

Lien pour signer la pétition :

https://www.petitions24.net/non_a_la_surpollution_atmospherique_dareva_malvesi

 

 

 

L’équipe de rédaction du Clairon de l’Atax le 19/03/2017

 

(*) COVIDEM : Collectif de Vigilance sur les Déchets de Malvési ; courriel  = covidem@gmx.fr 

(**) RUBRESUS est une association de protection et sauvegarde de l’environnement des Basses Plaines de l’Aude, fondée en 1998. Elle dispose d’une capacité d’expertise bénévole et indépendante sur une variété de problèmes comme : la prévention des risques d’inondation, les nuisances sonores, l’eau potable, etc. La qualité de son  action lui a apporté la reconnaissance des autorités qui la consultent sur certains dossiers…

Pour en savoir plus : www.rubresus.org

 

A Narbonne, la communication du maire Mouly : informations bidon ou incompétence ?

 

 1°) Stationnement des voitures électriques

Tout maire qui se respecte tient à publier un bulletin municipal pour « communiquer » avec ses administrés, mais comme l’explique Dominique Wolton, éminent chercheur du CNRS en sciences de la communication et spécialiste des médias : communiquer n’est pas informer.

 

Le bulletin municipal, de présentations, de dénominations et de tailles diverses, sert à faire passer à l’opinion des messages valorisant l’action municipale et particulièrement le rôle du maire et parfois des élus. Rares sont les administrés qui croient encore que le bulletin municipal sert au maire à rendre compte aux citoyens de l’exécution du mandat qu’ils lui ont confié ….

 

Aussi est-on souvent étonné de découvrir le luxe de ces publications (quadrichromie, papiers spéciaux, etc.) et la sophistication de leur présentation souvent confiée à des professionnels. De tels bulletins mobilisent des moyens disproportionnés qui pèsent sur le budget de la commune et sont rarement  en rapport avec la vitalité réelle de l’exercice municipal.

 

A Narbonne le maire en exercice publie un magazine bimensuel intitulé astucieusement « Narbonne & Vous », tout à fait conforme à cette « communication » académique appelée en d’autres lieux et temps propagande…

 

A la page 19 de sa dernière livraison de Février/ Mars 2017 « Narbonne & Vous », sous la photo du maire inaugurant une borne de recharge pour véhicule électrique, il est annoncé que « La ville de Narbonne a décidé de rendre gratuit, pour les propriétaires de véhicules électriques, le stationnement de surface sur les emplacements à horodateurs »

 

Madame C… qui lit régulièrement le magazine municipal est dans ce cas. Elle a justement des courses à faire avec son auto électrique. Pourtant elle se méfie : tous les agents verbalisateurs sont-ils au courant de cette mesure ? Elle décide donc de découper l’article de « Narbonne & Vous » et de le placer en guise de ticket justificatif contre son pare-brise lorsqu’elle stationnera sur un emplacement à horodateur. Elle stationne ainsi bld du Docteur Ferroul…mais lorsqu’elle revient au bout d’une heure, elle constate que son pare-brise s’orne d’une contravention de 17 € établie en bonne et due forme pour -absence de dispositif de contrôle de la durée du stationnement - !

 

Madame C… qui croit au malentendu se rend alors au poste de police municipale où elle est reçue comme un chien dans un jeu de quille. L’argousin (on peut bien l’appeler ainsi à la mesure de son impolitesse) à qui elle s’adresse lui rétorque sans aménité qu’il faut une vignette « ad hoc » sur le pare-brise et que d’ailleurs elle n’y a pas droit parce qu’elle habite une commune du Grand Narbonne et que c’est réservé aux Narbonnais….

 

Vignette « ad hoc » + - réservé aux Narbonnais - : ces deux conditions n’apparaissent nullement dans l’article de « Narbonne & Vous » ! Ainsi la communication municipale a monté en épingle une mesure insignifiante, car vu le nombre de véhicules électriques actuellement utilisés par les seuls Narbonnaises et Narbonnais, les recettes du stationnement payant ne devraient pas s’effondrer !

 

Madame C…a payé sa contravention et ses dernières illusions sur la communication municipale se sont envolées...

 

Peut-on au moins attendre du maire Mouly qu’il explique à ses policiers municipaux que l’usage de la politesse envers des citoyens, électeurs et contribuables, leur rendra service autant qu’à lui...

 

L’équipe de rédaction du Clairon de l’Atax le 16/03/2017

 

2°) accessibilité des espaces publics

 

J’ai pris la quinte !…

 

Et ce n’est pas d’une quinte floche dont je parle… Mais plutôt de la quinte spontanée et irrépressible qui se manifeste lorsqu’on avale de travers. Vous savez, quand quelque chose ne «passe» pas… Une quinte salvatrice, par conséquent, puisqu’elle expulse ce qui encombre les voies respiratoires. C’est sa fonction !

 

Donc, j’ai «pris la quinte» en découvrant la page 2 de «Narbonne & vous» de Février/Mars :

 

«Rendre accessibles les différents espaces : Veiller au bien-être de tous, notamment des personnes à mobilité réduite, est une préoccupation permanente de la Ville. Les projets et aménagements qu’elle réalise en sont une traduction concrète.» (C’est là que la quinte m’a prise…). Que serait-ce si ce n’était pas la préoccupation permanente, je me le demande ?

 

En effet, Narbonnaise depuis 15 mois et piétonne à temps plein, j’ai pu constater un grand nombre de manquements à cette accessibilité dont on parle. Si les grands axes, c’est à dire les avenues et les boulevards, sont à peu près équipés, - j’ai bien dit : à peu près – il n’en est pas de même des rues adjacentes, perpendiculaires ou parallèles, où l’absence de passages protégés et de «bateaux» se fait cruellement sentir, y compris parfois à proximité d’une place de stationnement pour personne handicapée… A titre d’exemple, pour la seule rue Paul-Louis Courier, il manque 12 «bateaux». Presque autant pour la rue Aldi (10)… Des aberrations, également : avenues Carnot et Maréchal Foch, à plusieurs passages protégés il manque 1 «bateau» sur les 2. Bref !...

 

Comme je suis sensibilisée à ce genre de «détail» de par mon ancienne profession, j’ai essayé de faire mon devoir de citoyenne en signalant le problème tout d’abord à la mairie (septembre et octobre), puis aux services techniques (novembre, décembre et janvier). Las !…

 

Si j’ai toujours eu un accueil agréable et pu exposer mes doléances en ayant le sentiment d’être entendue, je n’ai jamais pu rencontrer de responsable. Et rien n’a changé !

 

Alors, tu comprends mieux maintenant, cher(e) lectrice (eur) du Clairon de l’Atax, pourquoi j’ai pris la quinte ?

 

Martine Rouch pour le Clairon de l’Atax, 16 mars 2017

 

A Narbonne l'accessibilité des espaces publics n'est pas faite pour les chiens !

Les bras m’en tombent…

 

Les chiens aiment aussi les fleurs et la verdure. Dundee (photo HR)

 

            Depuis le 9 janvier 2017, un arrêté municipal interdit les chiens, MÊME TENUS EN LAISSE, sur tous les espaces verts de Narbonne… La Police Municipale, après quelques sommations, est chargée de verbaliser les contrevenant-e-s. Tarif de l’amende : 68€.

 

http://www.midilibre.fr/2017/01/10/narbonne-les-chiens-sont-desormais-interdits-dans-les-espaces-verts,1450900.php

 

            Bien évidemment, cela a à voir avec les nombreuses incivilités de ce-ux-elles qui ne ramassent pas les déjections de leur chien. Bien évidemment… Cependant, je trouve cette mesure dissuasive, certes, mais contre productive. En effet, que se passe-t-il ???… Il y a, depuis, de plus en plus de crottes sur les trottoirs à proximité des espaces verts ! Cherchez l’erreur…

 

            Par conséquent, cette mesure « à l’emporte-pièce » ne résout que partiellement le problème sur la forme et non sur le fond. N’eût-il pas mieux valu se donner le temps de la réflexion pour élaborer une mesure qui fasse appel à l’Éducation POPULAIRE plutôt que, d’emblée, à la répression aveugle ?

 

            Notre Police Municipale aurait pu être missionnée, dans un premier temps, pour expliquer, dialoguer, sensibiliser les propriétaires de chiens. Puis, dans un deuxième temps seulement, à une date buttoir prédéfinie, pour verbaliser les récalcitrant-e-s. Ces interventions pédagogiques auraient, je pense, été davantage valorisantes pour nos agents et mieux perçues par la population car non discriminantes.

 

            Conjointement, on aurait pu augmenter le nombre de « cani-parcs » et, SURTOUT, les adapter au comportement animal. Un chien préfère un sol meuble pour faire ses besoins (herbe, terre ou sable) pour pouvoir gratter et recouvrir. Un cani-parc bétonné n’a aucune chance de se faire « visiter » !

 

            Et puis, pensons un peu aux chiens qui vivent en appartement… Eh oui, tous les maîtres n’ont pas villa et jardin… Or, tout chien a besoin d’exercice. Cette interdiction ne tient aucun compte du bien-être animal, ce qui va à l’encontre de la loi historique du 28 janvier 2015 reconnaissant l’animal pour un « ÊTRE VIVANT ET SENSIBLE ».

 

            Je trouve regrettable, voire lamentable, qu’une telle mesure ait pu voir le jour. C’est à croire qu’elle résulte du passage à l’acte d’une seule personne, excédée, au lieu d’être le fruit d’une réflexion collective apaisée tendant vers le bien commun. Mais pourquoi donc ai-je ce sentiment ???…

 

Martine Rouch pour le Clairon de l’Atax le 19/03/2017

 

Traitement des nitrates par Areva  Malvési/Narbonne :

une réunion  d’information passionnante !

Photo floue : H.R.

 

Le jeudi 16 février 2017 le Collectif de Vigilance sur les Déchets de Malvési (Covidem) (*) a tenu à la Médiathèque de Narbonne une réunion publique d’information sur le projet de traitement des effluents nitratés (TDN) issus du raffinage du minerai d’uranium dont ¼ de la production mondiale est traité à l’usine de Malvési. La solution retenue par AREVA, parmi une vingtaine de procédés possibles, consiste à réaliser un traitement thermique de ces effluents qui sont transformés d’une part en gaz, d’autre part en déchets solides.

Les rejets gazeux issus de ce procédé sont diffusés par une cheminée de 30 mètres de haut au cœur de l’agglomération narbonnaise à moins de 800 m des premières habitations de la ville de Narbonne !

Ce projet TDN d’AREVA a été analysé par l’association Rubrésus (**) et relayé par le collectif Covidem. C’est le résultat de ce travail qui a été exposé lors de la réunion publique. Deux intervenants experts, le Dr Mariette Gerber et le Dr André Bories, ont mis en évidence, devant une salle comble, la complexité du processus TDN retenu par AREVA ainsi que le caractère particulièrement toxique des rejets gazeux qui menacent directement une population d’environ 80.000 habitants (pour le seul Grand Narbonne).

 

Télécharger le texte intégral

 

Clairon - TDN par Areva Malvési 29 - 29
Document Microsoft Word 407.5 KB

Le saviez-vous ?

 

Saviez- vous qu'un diagnostic électrique est obligatoire en cas de location ?

Déjà obligatoire en cas de vente d'un logement, un diagnostic électrique (et gaz) de moins de 3 ans portant sur des points précis devra être annexé à tout nouveau bail de location à compter du 1er juillet 2017.

                                              (Loi ALUR publiée sur le journal officiel  du 26 mars 2014)

 

En cas d'installation électrique dangereuse, le locataire devra exiger la mise en sécurité de l’installation..

 

L’autoroute ferroviaire qui passe par le Languedoc Roussillon est elle rentable ?

                        Photo Lorry-rail                                                                         Photo SNCF

 

On appelle «autoroutes ferroviaires», le transport de camions sur des trains… Parmi les 3 liaisons qui sont en service en France, l'autoroute ferroviaire inaugurée en mars 2007 entre Luxembourg et Le Boulou (à proximité de Perpignan et de la frontière espagnole), met en service des navettes sur une distance d'environ 1 000 km en passant par Dijon et Lyon. Cette autoroute ferroviaire a été prolongée sur Calais mais elle a été suspendue pendant 3 mois en raison de perturbations dans le port de Calais par des migrants cherchant à entrer en Grande Bretagne mais  le trafic devrait reprendre sous peu…

 

Selon un rapport de la Cour des Comptes paru début février, la liaison entre Luxembourg et le Boulou est la seule des trois liaisons françaises qui équilibre ses comptes...

 

Au dernier recensement 40.000 camions empruntent chaque année la liaison Luxembourg / Le Boulou. Des trains de 18 wagons offrant une capacité de 36 semi-remorques circulent tous les jours sur cette  autoroute ferroviaire entre Luxembourg et Le Boulou. Les wagons spéciaux surbaissés Modalohr construits par la société alsacienne Lohr Industrie.

La traction des trains est assurée par la SNCF, la commercialisation ainsi que l’exploitation est assurés par la société Lorry-Rail dont les principaux actionnaires sont la Caisse des dépôts et consignations (42,6 %) et la société Vinci Concessions (19,9 %)

Il faut 14h30 pour faire le trajet Luxembourg-Perpignan, contre 17 à 22h par la route.

Espérons que les autorités auront à cœur de privilégier le développement de ce mode de transport qui démontre son efficacité économique et écologique !

 

L’équipe de rédaction du Clairon de l’Atax le 21/02/2017

 

Important ! Passeport culturel de la Narbonnaise

 

La carte des « Clés du patrimoine » devient accessible aux résidents de la communauté d’agglomération du Grand Narbonne, ainsi qu’aux établissements scolaires. Elle permet d’accéder gratuitement aux musées et monuments de la Ville : le Musée d’art et d’histoire, le Musée archéologique, l’Horreum romain, le Musée lapidaire, le donjon Gilles-Aycelin, le trésor de la cathédrale, la maison natale de Charles Trenet, et l’Aspirateur-Lieu d’art contemporain.

Outre la gratuité aux musées narbonnais, elle permet d’obtenir des réductions sur les visites commentées.

Pour obtenir cette carte gratuite se présenter dans tous les points d’accueil de la Ville de Narbonne avec une pièce d’identité et une photo ainsi qu’une attestation de domicile.

 

AREVA / MALVESI / COVIDEM

L’opposition au projet de construction d’une usine de traitement des effluents nitratés (TDN) se structure…

 

Le  projet de l’opérateur nucléaire AREVA qui se propose de construire sur le site de Malvési une usine de traitement des effluents nitratés issus du raffinage du minerai d’uranium destiné au fonctionnement des centrales nucléaires, rencontre une opposition de plus en plus forte des habitants de la Narbonnaise et du milieu associatif. Cette opposition à décidé de s’organiser : c’est ainsi que le jeudi 16 janvier 2017, 25 personnes dont les représentants de 8 associations locales et régionales se sont réunis pour jeter les bases d’une nouvelle association visant au exercer une vigilance citoyenne sur les projets d’AREVA sur le site de Malvési.

 

Télécharger le texte intégral

Création Covidem 28 def.doc
Document Microsoft Word 148.5 KB

 

Le Prince, la salle multimodale, les citoyens…

Pyramide de Khéops                 Château de Versailles / Louis Quatorze             Salle multimodale Didier Mouly

 

Drôle de pays que cette république où les citoyens ne cessent d’attendre des hommes providentiels ! Jadis les choses étaient simples : le roi était établi par la providence divine ; aujourd’hui, plus de 200 ans après le Siècle des Lumières et la Grande Révolution, les Français attendent toujours un chef fourni par une providence mais dont le caractère divin semble s’être estompé sans qu’il eût été remplacé par une autre autorité incontestable…

Notre république pullule de princes, qu’ils soient à la tête de l’État ou de la plus misérable des communes et le souci qu’ils partagent généralement, une fois leur pouvoir assis, c’est de rester dans l’Histoire ! Quoi de mieux qu’un monument pour se rappeler au souvenir de ses contemporains et des générations qui suivent !

Khéops avait sa pyramide, Louis Quatorze Versailles, Bokassa son palais de Berengo et Didier Mouly projette d’édifier à Narbonne une salle multimodale d’une capacité de 5000 places…Mais voici que 8 citoyens prétendent vouloir donner leur avis sur ce projet lors d’un conseil municipal.  Le prince accordait autrefois audience aux plaignants, Didier Mouly chasse ceux qu’il est censé représenter…

Mais passons sur cette péripétie qui relève d’une gouvernance aussi aberrante qu’anti-démocratique et examinons  pourquoi cet objet multimodal soulève autant de passions…

 

Télécharger le texte intégral

Le Prince la salle multimodale 28 def.do
Document Microsoft Word 149.0 KB

 

La  Culture c'est gratuit !

 

L’équipe de rédaction du Clairon est ouverte à la diversité des opinions. Elle a décidé de présenter ce texte de Denis Quatrelivre à ses lecteurs parce qu’il émane d’un citoyen qui réfléchit au sens des choses et particulièrement à la manière dont sont conduites les affaires de la Cité. Ce texte nous invite à réfléchir à notre tour en cette époque de crise de nos institutions. Réfléchir est un devoir citoyen, une nécessité urgente alors qu’il est vital plus que jamais que le peuple s’en mêle ! Ici il s’agit au départ de culture et les questions sont nombreuses. On peut être d’accord ou non avec les idées de Denis Quatrelivre, ce qui compte c’est d’exposer ses arguments et que le débat puisse éclairer les citoyens.

C’est quoi la culture ? Quel rôle veut-on actuellement lui faire jouer et quel rôle devrait-elle jouer au service du peuple ? A quoi sert une médiathèque ? Rendre gratuit l’accès à la culture, est-ce une bonne chose pour en assurer la diffusion ? Comment les citoyens peuvent-ils contrôler l’exécution du mandat qu’ils ont confié aux élus ? Etc.…

Nous espérons que le texte publié ci-dessous incitera nos lecteurs à réagir et pourquoi pas à répondre par leurs écrits à Denis Quatrelivre…..


"Vous voulez vraiment prendre votre abonnement ? À partir du 1er janvier c'est gratuit !" me dit-elle toute fière. Fière de son tuyau, et semble-t-il heureuse qu'il en soit ainsi…

 

Ma réponse l'aura déçue. Ou même interloquée. Car je ne prétends pas, malgré mon non- salaire et mes revenus au bas de l'échelle sociale, profiter de cette gratuité. Non madame, j'entends bien payer les 20 € de mon abonnement annuel à la médiathèque, et je suis même fier de m'en acquitter.

Fier de payer ce service culturel pour ce qu'il est, en particulier à l'heure où tout le monde semble considérer que le vol de la propriété intellectuelle soit un dû. Fier de faire un pied de nez au César local qui, dans sa grande bonté, me jette ces quelques miettes supposées me rassasier d'opulence. Je ne te donnerai pas ma voix pour autant.

 

C'est me faire injure que de croire que je vais benoîtement tomber dans ce marché de dupes : médiathèque gratuite pour un vote. Je ne suis pas assez stupide pour que l'on me fasse prendre des vessies pour des lanternes. Je n'ai pas moi, du bas de ma modeste condition, la prétention d'avoir une vue aussi courte - un mandat - que votre majesté.

 

Regarde ! Ô peuple, comme ton tribun est bon de t'offrir un accès gratuit à la médiathèque. Et Vois ! Vois Comme …

-          62 % du budget ne t'appartient pas puisqu'il vient de dotations extérieures

-          93 % du budget est voué au fonctionnement et au remboursement de la dette  et qu'il t'en coûte 202 € ;

… généreusement, on te donne des ampoules basse consommation pour ton logement
insalubre, et quoi d'autre ?

 rien n'est fait pour économiser l'eau sur un bassin en déficit annuel de  54 million de m³

… rien n'est fait pour les transports doux. Les bus sont inefficaces. À noter d'ailleurs la présence très furtive de Mr. Bascou et l'absence de Mr. Mouly lors des états généraux de la région sur le rail et l'intermodalité des transports.

… César et César ne se parlent même pas. Comme ses gamins fâchés dans la cour de l'école primaire. Nous sommes en droit d'avoir mieux que ça comme comportement !

… la participation publique est un leurre, et ça c'est inacceptable : au 21ème siècle il est temps messieurs, de délaisser vos habitudes seigneuriales ;

L'employée de la médiathèque m'a fait remarquer que j'étais le seul à me
plaindre de cette gratuité et à payer quand-même.

Mais mes chers concitoyens, ce que nous ne payons pas directement, nous le paierons de toute façon par nos impôts ou notre dette collective.  Et que ceux qui ne paient pas d'impôt abandonnent cette petite phrase je m'en foutiste « m'en fous je ne paie pas d'impôts », parce que plus de budget pour la médiathèque, pour la répression policière et ses caméras inutiles, etc..., c'est moins de budget pour d'autres choses dont vous profitez : des rues défoncées, des pollutions, une gare routière sans employés ou panneaux pour vous renseigner, des associations trop chères pour vos activités, des budgets ridicules pour prévenir en amont de la délinquance, ...etc..

Ce que nous voulons, c'est une vraie politique. Celle où toute chose est pensée pour l'avenir, par et pour le plus grand nombre.

 

Denis Quatrelivre publié par le Clairon de l’Atax le 28/12/2016

 

AREVA / MALVESI / NOUVELLE USINE : serions nous déjà enfumés avant que le premier panache ne sorte de la cheminée ?

 

Malvési : bassins de lagunage AREVA et cathédrale Saint Just de Narbonne en fond d’image

 

L’usine AREVA (ex Comurhex) de Malvési, située à moins de 3 km à vol d’oiseau du centre de Narbonne, traite le minerai d’uranium importé par la France pour le fonctionnement de ses centrales nucléaires. C’est ainsi que chaque année ¼ de la production mondiale d’uranium passe par Malvési. Des effluents nitratés, issus de ces opérations de raffinage, sont stockés à l’air libre dans des bassins jouxtant l’usine de Malvési. Celle-ci, en 50 ans de fonctionnement, a ainsi produit près de 350.000 m3 d’effluents pollués et radioactifs

 

            AREVA se propose à présent d’investir 80 millions d'euros pour construire sur le site de Malvési (Installation classée pour la Protection de l'Environnement (ICPE / rubrique SEVESO), une usine de traitement par incinération de ces effluents (*). Une enquête publique règlementaire vient de s’achever sur un avis plutôt favorable à ce projet, mais l’association RUBRESUS (association de protection et sauvegarde de l’environnement des Basses Plaines de l’Aude, fondée en 1998) met en doute, dans un rapport très bien documenté, la fiabilité et la sécurité de l’installation prévue par AREVA.

 

Télécharger le texte intégral

 

AREVA Malvézi 27 incin def.doc
Document Microsoft Word 123.5 KB

Télécharger le rapport RUBRESUS

Rapport-RUBRESUS-AREVA-TDN-VF def.pdf
Document Adobe Acrobat 582.0 KB

Calendrier des manifestations dans la Narbonnaise et son voisinage

 

Sélectionnées par le Clairon de l’Atax :

 

 

 

 

Date

 

Nature de la manifestation

 

Lieu

     

 

 

Avr / Mai / Juin 2017

Expo galerie « Vue sur cours »

5 bis cours Mirabeau

Nouvelle collection

Site : http://www.vuesurcours.com

Tél.: 06.52.68.48.20

 

 

Narbonne

 

25 mars au 18 juin 2017

« La vie aquatique »

Exposition collective de plasticiens

à la MRAC

Infos : http://mrac.languedocroussillon.fr

 

Serignan

 

11 mai 2017

Ateliers Calligraphie

A la Maison des Potes

De 9h30 à 11h30 & 14h30 à 17h30

+ repas partagé

 

Narbonne

 

 

13 mai 2017

Les familles manifestent contre le projet Thor AREVA/ Malvési

RDV place de l’hôtel de ville à 12h

Pique nique possible

les.familles.papillons@outlook.fr

 

 

Narbonne

 

13 & 14 mai 2017

Salon du Livre

Cours Mirabeau

De 10h à 19h le 13 /04

De 10h à 18h le 14/04

 

Narbonne

 

18 au 22 mai 2017

Trophée Golden Oldies Multihull

Rassemblement de multicoques de légende coureurs de haute mer

 

Gruissan

 

20 & 21 mai 2017

nuit des musées (le 20 de 18h à minuit)

& fête de la nature (le 21 à 15 h)

à Amphoralis

info : 04 68 46 89 48

 

Sallèles d’Aude

 

 

21 mai 2017

Journée Saveurs du Monde

Journée de rencontre et de découverte des cuisines d’ici & d’ailleurs

Espace Louis Daudet de 11h30 à 17h

Info : 04 68 70 75 19

 

Bages

 

24, 25, 26, 27 mai 2017

POLIT’CIRCUS

Au Théâtre de l’Entresort à 21h

Résa au : 04 68 75 02 73

Ou sur : www.theatre-entresort.com.

 

Narbonne

 

 

2 juin 2017

L‘esprit de liberté dans le Quichotte de Cervantès

Conférence d’Aline Béraud

Auditorium Médiathèque du Grand Narbonne

A 18 h

Info : 04 68 43 40 40

 

 

Narbonne

 

21 juin 2017

Fête de la Musique

Centre ville

Petits concerts de 18 h à 01 h

Info : 04 68 90 26 53

Narbonne

 

31 juin 2017

Inconnu à cette adresse

de Kressmann Taylor

Lecture mise en voix à 15 h

Auditorium Médiathèque Grand Narbonne  

Info : 04 68 90 26 53

Narbonne

 

 

 

15 au 19 juillet 2017

12ème Festival Musique & Histoire

Abbaye de Fontfroide

Concertes à 18 h & 21h30

Infos : 04 68 45 11 08

concert@fontfroide.com

 

 

Fontfroide

 

16 au 23 juillet 2017

&

6 au 13 aout 2017

 

Stages d’initiation

« Théâtre & Randonnée »

Site de Fougaron

Infos : www.theatre-entresort.com

Rens. / inscr : 04 68 75 02 73 

mail : theatre.entresort@gmail.com

 

 

Vallée d’Arbas

 

 

 

 

-Références essentielles-

janvier / février 2017:

 

Constitution française du 24 juin 1793  article 35 :

 

- Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.-

 

___________________________

 

Édition spéciale élection présidentielle  2ème tourOnt contribué à cette édition spéciale 2ème tour :

 

VB (Toulouse)

Catherine Burger

Jean Cordier

Jean François Lambert

Pierre Lefèvre

CMT (Paris)

Joël Raimondi

Rédaction, animation équipe, mise en page : Hubert Reys

 

Édition 31.0

 

Ont contribué à cette 30ème édition :

 

André Bories

Catherine Burger

Jean Cordier

Marie Diaz

Jean François Lambert

Pierre Lefèvre

Curly Mac Toole

Sophie Masini

Patricia Renaud

Colin Reys

Louise B Velpeau

Colette Vexenat

Daniel Vexenat

Philippe Wirth

 

 

 Rédaction, animation équipe, mise en page : Hubert Reys

 

 

L’équipe de rédaction du « Clairon » les remercie.

 

___________________________

 

Contenus de la 31ème édition :

 

Page d'accueil :

Éditorial : "Il a osé : voici le temps des imposteurs"

---

Rubrique actualités générales  :

 

1°)"Devinez pour qui je vote"

2°) "Élections, piège à cons, abstention piège à quoi ?"

3°)  Oncle Jef : "Peut on être indifférent ?"

4°)Un texte de JFL intitulé : "Hamon, Macron, Mélenchon"

5°) Le résultat d'un questionnaire adressé par le mouvement pour la 6ème république aux candidats de la présidentielle

5°) Un article sur le CA d'EDF relatif à la fermeture de la centrale de Fessenheim

6°) Sélection des mois précédents

 ---

 

Rubrique actualités locales :

 

1°) Un reportage sur le meeting du 16 avril de la France Insoumise à Toulouse

2°) Un article sur la réunion d'information du conseil municipal de Narbonne relative au projet TDN / Areva / Malvési

3°)  Un article qui présente une solution  altenative de Rubresus au traitement des effluents nitratés de Malvési

4°)  Info sur la pétition contre le projet TDN d'AREVA / Malvési

5°) Info pratiques du Clairon

6°) Sélection d'articles des mois précédents

 ---

Rubrique culture :

 

1°) cinéma 2 films : "La Confession" : France  un film de Nicolas Boughrief + "L'autre côté de l'espoir" Finlande un film d'Ari Kaurismäki  + une sélection des mois précédents...

2°) lecture  :présentation de 2 romans  : "Petit pays" de Gael Faye et "La petite lumière" d'Antonio Moresco  + sélection des mois précédents...

3°) People, places and things : présentation d'un petit paradis, l'écolodge "Kasa Igreja" au Cap Vert ou la sobriété heureuse...

4°) Littérature : une nouvelle satyrique rapprochant Tahiti du Luxembourg : "Le crane de Taipivai"

 ---

Rubrique art de vivre :

 

1°) recette de cuisine  : la tarte aux tomates et poivrons : une recette de Nelli

2°) bricolage : la solution du jeu : "l'évasion du roi Dan"

3°) Jardin : lutter contre le frelon asiatique

 

--

Rubrique contacts :

 

Le courriel d'un lecteur sur la pollution sonore et atmosphérique par les engins agricoles qui stationnent moteur allumé....